Quand faire un test de grossesse ?

Quand faire un test de grossesse ?

La réponse à cette question pourrait paraître évidente, et pourtant, la plupart des femmes ne savent pas réellement quand faire un test de grossesse. S’il est totalement inutile de se ruer dans sa pharmacie dès le lendemain des rapports, certains tests proposent néanmoins des résultats précoces et fiables. Encore faut-il savoir quand les effectuer, et de quelle manière !

Quelle est la meilleure période du cycle pour effectuer un test ? Faut-il préférer la prise de sang aux bandelettes ? Le faux positif est-il une légende, ou est-ce possible ? Pas de panique, nous répondons à toutes vos interrogations !

Quels sont les différents types de tests de grossesse ?

Il existe deux manières de savoir si l’on est enceinte : le test urinaire et la prise de sang en laboratoire. Si le test urinaire est facilement accessible et donne un résultat rapide, il reste tout de même moins fiable que la prise de sang qui va permettre de mesurer précisément le taux d’hormones HCG, et donc de de donner une idée plus précise de la date de début de grossesse.

Les tests urinaires pour détecter une grossesse

Les tests urinaires se présentent généralement sous formes de bandelettes. Ils sont vendus en pharmacie, parapharmacie, sur internet (Amazon par exemple) et depuis quelques années, on peut même en trouver en libre service en hypermarché ! Faire un test de grossesse en toute discrétion est donc désormais à la portée de tous les âges, mais aussi de toutes les bourses. Ces tests se réalisent à la maison, grâce aux urines. Le résultat apparaît généralement sous 5 minutes.

Il est souvent difficile de s’y retrouver lorsque l’on souhaite acheter un test de grossesse. Les prix varient parfois du simple au quadruple, les arguments énoncés sur les packagings sont tous différents, on ne sait plus où donner de la tête (et les marques en jouent) ! Sachez que tous les tests ont la même fiabilité.

Les écarts de prix s’expliquent généralement par la sensibilité du test, et de ses fonctionnalités associées. Certains dispositifs (type Clearblue) possèdent un petit écran capable de vous communiquer la date de début de grossesse, d’autres vous donneront un résultat en 1 minute au lieu de 5… Il existe forcément un test adapté à vos besoins !

Savoir si on attend un bébé grâce à un test sanguin

La prise de sang en laboratoire reste de loin le test de grossesse le plus fiable. Elle permet en effet de mesurer directement le taux d’hormones HCG (Gonadotrophine Chorionique Humaine) dans le sang, et offre un résultat fiable et précis. Elle coûte généralement 20 à 25 euros, et peut-être prise en charge par la sécurité sociale grâce à un courrier de votre médecin. Le cas échéant, vous pourrez toujours la réaliser sans ordonnance, mais vous n’obtiendrez pas de remboursement.

Quel est le bon moment pour faire un test de grossesse ?

Il est recommandé de faire le test à j+5 de la date prévue des règles. Il existe désormais des tests plus sensibles, fiables à plus de 99% dès le premier jour présumé des règles. Certains tests peuvent être effectués jusqu’à 5 jours avant le début des règles, mais le résultat n’est pas garanti ! Il est tout à fait possible de réaliser un test de grossesse sous contraception (pilule, stérilet hormonal, stérilet cuivre), et avec un cycle irrégulier. Même avec un stérilet, reconnu comme l’un des moyens les plus efficace, il est toujours possible de tomber enceinte.

test positif de grossesse

La croyance selon laquelle un test devrait se faire le matin à jeun est révolue ! Les tests de grossesse sont désormais capables de détecter l’hormone HCG à n’importe quel moment de la journée. Si vous avez la fâcheuse habitude de très peu boire dans la journée, il est même recommandé de le faire le soir.

Qu’en est-il des faux positifs et des faux négatifs ?

Un test urinaire réalisé au mauvais moment peut afficher un résultat négatif, qu’on appelle un « faux négatif », même si l’on est enceinte. Il suffit d’attendre quelques jours pour recommencer, ou de se rendre directement en laboratoire si l’on veut être rapidement fixée.

Le « faux positif » existe, bien qu’il soit très rare, et se produit généralement lorsque la femme est sous traitement pour une FIV (les hormones injectées pouvant fausser le résultat), après l’accouchement ou à la suite d’une fausse-couche. Le taux d’hormones dans le sang a en effet besoin d’un peu de temps pour redescendre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *