Babar a 80 ans

« Dans la grande forêt, un petit éléphant est né. Il s’appelle Babar. »
Jean de Brunhoff, 1931


C’est la fête du roi des éléphants : Babar a soufflé ses 80 bougies !

Babar est né en 1931, sous la plume et le pinceau d’un peintre français, Jean de Brunhoff, dont l’œuvre a été poursuivie par son fils, Laurent.

Depuis, Babar est entré dans la vie de millions d’enfants, partout dans le monde… Véritable personnage trans-générationnel.

Babar est un héros qui sait faire rimer majesté et humanité, valeurs et bonne humeur!
Babar, c’est avant tout une histoire de famille

Après avoir épuisé tous les contes classiques pour endormir ses petits, Cécile de Brunhoff invente un soir l’histoire d’un petit éléphant. Les enfants, ravis, racontent l’histoire à leur père Jean, artiste peintre, qui imagine tout de suite quels traits et quelles couleurs pourrait prendre l’éléphant. Et c’est ainsi qu’en 1931 naît Babar.

Après cette première histoire, Jean décide d’en écrire une seconde, puis une troisième. Les six premiers albums Babar sont inspirés des histoires que raconte Cécile. Babar fait l’unanimité : tout le monde l’aime tout de suite. Plus de quatre millions d’exemplaires des aventures de Babar sont vendus en moins de huit ans!

En 1937, Jean de Brunhoff meurt, après avoir réalisé neuf livres, dont deux publiés après sa mort. Son fils Laurent a alors 12 ans. Sept années passent et Laurent décide de poursuivre les aventures de Babar, car il croit que « faire vivre Babar, c’est faire vivre son père ». Il réalisera à son tour 31 albums.

« Je suis peut-être un vieux mec, mais je grimpe aux arbres comme un singe, j’escalade les rochers comme une chèvre, je nage sous l’eau comme un poisson. J’ai eu la chance d’avoir le talent qui m’a permis de redonner vie à Babar », Laurent de Brunhoff, Mémoires, New York, 2005.


Un éléphant exemplaire

L’histoire de Babar débute dans la grande forêt, où il vit parmi les éléphants. Mais sa mère est tuée par un chasseur et l’éléphanteau doit fuir (et c’est comme ça que mes enfants pensent que l’on ne peut mourir que tué par un chasseur ;). Il arrive, épuisé, dans la ville de Paris. Là, il est recueilli par une vieille dame qui l’éduque, lui apprend à vivre parmi les hommes – et à s’habiller comme eux ! Ses débuts difficiles rendent Babar mature et réfléchi. Après plusieurs années, apprenant la mort du roi des éléphants, il décide d’aller retrouver les siens. Arrivé chez lui en voiture, il est proclamé roi, épouse sa cousine, Céleste, restaure la paix et fonde Célesteville.

Dans toutes ses aventures, Babar reste un héros sage et généreux. Protecteur des sans défenses, il parle à ses petits lecteurs de vaillance, de persévérance, d’honnêteté, de fraternité et de découverte du monde.

Mais Babar, en plus d’être un bon roi, est un merveilleux mari avec sa chère Céleste et un père parfait pour les quatre enfants du couple royal : Pom, Flore, Alexandre et la petite dernière, Isabelle. Il y a aussi le malicieux cousin Arthur et Zéphyr le singe, le plus ancien ami de Babar, et le plus rigolo de la bande. Sans oublier Cornélius, l’éléphant le plus âgé et conseiller du roi, et la vieille dame, seule humaine et amie de Babar. C’est elle qui lui a enseigné la vie en ville. Enfin, comme dans toute histoire, il y a un « méchant » et dans les aventures de Babar, il se nomme Rataxès, rhinocéros de son état mais son conseiller, Basile, lui, est adorable ;)

Voilà pour la petite histoire.

Et je ne sais pas chez vous mais à la maison, Babar connaît un véritable succès. Les enfants sont fans des DVD et des livres que je leur ai achetés neufs ou chinés. Et je dois avouer que je suis moi aussi complètement séduite par la personnalité du personnage, les illustrations des albums (des lignes simples, tendres et un poil rétro), les récits poétiques et amusants à la fois, positifs et éducatifs (très moralisateurs et sans doute un peu désuets).

Alors pour fêter l’anniversaire des enfants, nous leur avons fait une petite surprise et sommes allés avec eux visiter ensemble l’exposition consacrée à Babar au musée des arts décoratifs pour fêter ses 80 ans (à Babar bien sûr !).


Une exposition autour des dessins originaux de Jean de Brunhoff : des aquarelles, des dessins préparatoires, des esquisses crayonnées, le tout à hauteur d’enfants. Les miens se sont extasiés devant le vestiaire de Babar et de sa famille, notamment avec le costume vert et la robe noire de la vieille dame.

Une jolie petite expo qui leur a bien plu et à nous aussi, dans un musée malgré tout un peu vieillissant.

Musée des Arts décoratifs – galerie des jouets
* du 8 décembre au 2 septembre 2012
107 rue de Rivoli
75001 Paris

partager

8 commentaires

  1. Article très intéressant. Personnellement, j’ai toujours eu un faible pour Babar.
    D’ailleurs, j’ai même écris un sujet sur la déco « éléphant ».
    http://www.laminutedeco.com/2012/01/osez-la-deco-elephant.html

  2. 80 ans et pas une ride tant au niveau des dessins que de l’histoire ou de la « morale ».
    J’aime beaucoup et les enfants aussi.
    J’ai promis une journée à Paris avec mon grand à l’occasion de ses 8 ans : je cherchais une idée de visite culturelle / scientifique pour articuler la journée : je pensais au museum d’histoire naturelle mais l’expo Babar et la galerie des jouets, tu conseillerais dans ce cas ?

  3. un éléphant protecteur des sans défenses…. je ris :)
    merci pour la petite histoire, j’aime beaucoup babar !
    j’aime moins ce nouveau dessin animé qui passe sur disney Junior…

  4. Ici, Moineau est super fan de BABAR, il a les maxi livres! On aime les illustrations et les petites morales qui découlent de chaque histoire :)

  5. J’ai toujours eu un petit quelque chose pour Babar… & Dumbo. Je dois avoir un truc avec les éléphants, c’est sûr. :)

  6. Ca alors!!! Je suis en train de préparer un billet sur les éléphants et cette expo Babar :-) Ici on a une très grande fan des éléphants ;-) Merci pour ton témoignage :-)

  7. sab

    Super cet article sur Babar. C’est frais, ca fait du bien, ca me rappel mon enfance où chause soir avant de dormir ma maman nous lisait à ma soeur et moi une histoire de ce gentil éléphant!!

  8. Anne-Laure

    J’aime bien Babar, celui que vous montrez. Je ne suis pas fan du tout de ce qu’ils en ont fait à l’heure actuelle (avec l’articulation 3D). C’est dommage cela fait perdre tout son charme.
    Merci pour votre article très bien fait. Cela me donne envie d’aller faire un détour dans cette exposition lors d’une de mes virées parisiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>